Strasbourg, mon Amour

En programmant les prochains articles, je me suis rendu compte avec effroi qu’il n’y a pas un seul article parlant de ma ville d’amour, Strasbourg. Disclaimer : étant alsacienne d’origine, je n’aurai aucune neutralité quant à la somptuosité de cette région. Voilà, vous êtes prévenu(e)s, bisous :-*.

→ Puisque nous ne pouvons jamais tout voir en un voyage, je me concentrerai sur la ville de Strasbourg dans cette article et en ferai un second sur l’Alsace plus généralement (sisi la route des vins !).

Quand visiter ? Au printemps, quand la chaleur n’est pas écrasante mais que le soleil est déjà là. À Noël, pour voir la magie incroyable des marchés de Noël.

Que faire en priorité ?

Foncez dans le quartier de la Petite France. Pour moi, il surclasse toute la ville et même la visite de la Cathédrale, mais ça, c’est une question de point de vue. En venant de la Gare, passez par la rue du Maire Kuss jusqu’au croisement avec le Quai Turkheim (Ah oui les gars, les noms des rues et villages en -heim va falloir s’y habituer :D). Prenez sur votre droite et rejoignez les Ponts Couverts.

Prenez ensuite la première à gauche, quai de la Petite France, et appréciez le quartier. Ne manquez pas la rue du bain au plantes qui vous mènera jusqu’à une écluse sur l’Ill. Dans ce quartier, la seule devise est la suivante : perdez-vous. Toutes les ruelles sont belles à voir, tout est intéressant. La seule chose à ne pas faire, c’est d’y manger car tout coûte très cher.

Il ne vous reste plus qu’à longer ensuite les quais jusqu’à l’Embarcadère Batorama, juste en bas du Palais des Rohans. Le petit tour en bateau est aussi kitch que celui sur la Seine à Paris, mais tout aussi beau. C’est une belle manière d’apprécier les décors des maisons alsaciennes selon moi et d’aller voir le Parlement Européen presque les pieds dans l’eau. Si vous pouvez vous le permettre, je vous conseille vivement ce petit tour.

Remontez ensuite la rue des Maroquins jusqu’à arriver place de la Cathédrale. Sachez qu’il est possible de la visiter (monnayant quelques kopecks) et de monter sur une plateforme afin d’avoir une vue sur toute la ville et la région.

Perdez-vous ensuite dans la rue des Orfèvres où le luxe et le bling-bling sont les rois. Mention spéciale pour cette rue pendant la période de Noël, les illuminations y sont féériques.

Remontez ensuite jusqu’à la Place Broglie et contournez l’imposant Opéra National du Rhin. Rejoignez ensuite la place de la République, désormais classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son style germanique.

Les plus courageux prendront à droite vers l’Avenue de la liberté, jusqu’au croisement avec le quai Mullenheim pour rejoindre le Parlement Européen à pied, en longeant l’Ill.

Où manger ?

Si vous souhaitez fêter quelques chose ou que vous êtes prêts à mettre des $$ dans votre plat, foncez au restaurant « Le Tire-Bouchon » (rue des Tailleurs de Pierre). Les plats y sont délicieux, faits dans la tradition alsacienne, mais pas donnés. Attention, c’est une « winstub »* prisée pour son rapport qualité/prix, réservez avant d’y aller pour être sûrs d’avoir de la place.

*Selon moi, il n’y a pas de traduction exacte du mot « winstub », mais il désigne un endroit chaleureux, où il fait bon vivre et s’y retrouver. Si vous hésitez entre plusieurs restaurants dans la ville, préférez toujours les winstub, ils y respectent plus la cuisine alsacienne. Attention, je précise tout de même, la cuisine alsacienne n’est pas « légère » et est un vrai casse-tête pour les végétariens. Ne prévoyez pas de faire un marathon après un repas alsacien, ça risque de mal se passer.

Dans la même fourchette de prix, le restaurant Le Clou est très réputé. Une winstub où les spécialités sont mises à l’honneur à deux pas de la Cathédrale, dans les ruelles de la ville.

Plus abordable (mais pas cheap non plus, environ 24€ le plat), la Maison Kammerzell est aussi légendaire que sa choucroute aux trois poissons. Une choucroute qui n’en n’est pas réellement une puisqu’elle est maritime et non pas à base de viande, mais qui donne une explosion de bonheur gustatif. Le plus ? La maison est typiquement alsacienne, poutres apparentes et vue sur la Cathédrale. « Y’a pire » ;-).

Plus abordable, mais pas moins délicieuse, la Winstub « Meiselocker » est très proche de la Cathédrale aussi et propose des plats typiques pour des prix beaucoup plus doux.

Et si manger typiquement alsacien ne vous tente pas, foncez chez Pur Etc. Le petit restaurant de la Place Saint-Etienne a bien grandi, un deuxième a ouvert dans la Grand Rue et vous en trouverez même trois dans Paris (dans les 2, 9, et 11ème arr.). Les légumes y sont de saison, les plats faits maison, bio et avec pas mal de choix végétariens… De quoi y aller les yeux fermés.

Et pour un petit en-cas ?

Foncez chez le Glacier « Franchi », rue des Francs-Bourgeois. Très connu et très réputé à Strasbourg, l’attente sera longue, mais justifiée. Il se démarque largement des autres glaciers de la ville.

Le Salon de thé Grand’Rue est également un super repère. Les pâtisseries sont délicieuses et pas trop cher. Un petit cocon bien agréable, mais souvent prisé.

La Pâtisserie salon de thé « Christian » (rue de l’Outre) est aussi un repère alsacien bien connu (mais pas donné). Les douceurs y sont à tombées et sont vivement recommandées !

Où boire un coup ?

Pour boire un bon cocktail, foncez à l’Alchimiste, rue des sœurs. Décoration hors du commun, boisson pas (trop) chères (en tout cas données par rapport aux prix parisien) et des noms de cocktails… surprenants.

Plus classique mais tout aussi efficace, l’Académie de la bière est un repère avec un grand choix de bières où chacun y trouvera son goût. (Mention spéciale pour les burgers aux triples étages, plein de cheddar dégoulinant et délicieux). Dans Strasbourg, vous en trouverez deux : un proche de la Cathédrale et l’autre situé proche du quartier de la Petite France.

Et les marchés de Noël dans tout ça ?

Comme tous les ans (et comme sur plusieurs sujets), la guéguerre alsacienne entre le bas-rhin et le haut-rhin sévit. Etant bas-rhinoise, j’aimerais vous dire qu’il faut obligatoirement visiter notre partie de région… Et pourtant. Je suis obligée de reconnaître que certains villages haut-rhinois envoient plus de rêve que chez nous à cette période…

Si vous êtes véhiculés pendant la période de Noël, ne faites pas les marchés de Noël de Strasbourg ou Colmar, mais filez vers ceux de Ribeauvillé et Kaysersberg. Contrairement aux deux villes, vous trouverez plus d’artisanat dans les petits villages. L’esprit y est également plus chaleureux, plus familial et plus agréable.

Si vous venez pour quelques jours seulement, ceux de la ville de Strasbourg vous propulseront tout de même dans la féérie de Noël. Car oui, contrairement à Paris, nous n’avons pas un ou deux petit(s) marché(s) de Noël posé(s) là, sur une petite place ou avenue… Non non, chez nous, c’est toute la ville qui se transforme !

Si vous n’aimez pas la foule, je vous conseille d’éviter celui de la Place Broglie (devenu un temple de nourriture). Allez plutôt du côté de la Place Benjamin Zix, dans le quartier de la Petite France. La foule sera aussi là, mais le charme est plus présent car le marché est tout petit.

Empruntez la rue des Orfèvres, elle vous mènera sur une toute petite place carrée où un petit marché de Noël est entouré par les maisons alsacienne. Un délice pour les yeux !

Ne manquez bien sûr pas celui de la Place de la Cathédrale. Rempli de monde, mais avec des illuminations incroyables tout autour !

Enfin, filez place Kléber pour admirer l’imposant sapin installé sur la place. C’est l’attraction phare de chaque année, attendu par tous les strasbourgeois (ou strasbourgeois expatriés en manque de leur région). Au pied de ce sapin, vous trouverez des petites baraques tenues par des associations. C’est à cet endroit précisément qu’il vous faut acheter les « Bredeles » (ou « bredalas » pour les haut-rhinois, mais bon… ça c’est la suite de la guéguerre régionale…), ces délicieux biscuits de Noël dont raffolent les alsaciens. De très loin, ce sont les meilleurs que j’ai pu trouver et acheter. Ils sont faits maison par les bénévoles, il y en a pour tous les goûts, et en plus, cela permet aux associations de continuer leurs bonnes actions, que demander de plus ?


Bientôt en ligne : l’Aslace en quelques jours !

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Quelques jours en Alsace | Un élan sauvage
    23 novembre 2017 at 17 h 35 min

    […] promis dans mon article 100% strasbourgeois, voici quelques idées de visites à faire si vous prévoyez des vacances dans la plus belle […]

  • Leave a Reply