Trois livres à lire // Été 2017

Voici une petite sélection de mes lectures préférées, en format poche (donc à prix tout doux) et que j’ai dévorées en quelques semaines ! Le format idéal pour les emporter partout, en toute occasion et par tous les temps (comme en atteste l’état des livres sur la photo :D).

D’après une histoire vraie

Delphine de Vigan, 7,90€, Poche

Ce livre, c’est la rencontre inespérée que j’attendais. Celle d’un roman qui te kidnappe et qui ne te lâche plus, qui te donne envie de lire encore une page, juste pour savoir… J’ai connu le travail de cette autrice avec Jours sans faim, son tout premier roman (publié sous un pseudonyme) et qui traite la question de l’anorexie. Étrangement, j’ai eu beaucoup de mal à lire ce premier roman alors que j’ai dévoré le dernier. Un thriller discret, dans le sens où ne voit pas arriver la tension ni l’angoisse, et qui sait nous prendre aux tripes. J’ai tellement adoré que j’ai directement acheté deux autres des romans de cette autrice.

« Est-ce que chacun de nous a ressenti cela au moins une fois dans sa vie, la tentation du saccage ? Ce vertige soudain – tout détruire, tout anéantir, tout pulvériser – parce qu’il suffisait de quelques mots bien choisis, bien affûtés, bien aiguisés, des mots venus d’on ne sait où, des mots qui blessent, qui font mouche, irrémédiables, qu’on ne peut pas effacer Est-ce que chacun de nous a ressenti cela au moins une fois, cette rage étrange, sourde, destructrice, parce qu’il suffirait de si peu de choses, finalement, pour que tout soit dévasté ? « 

Vernon Subutex, Tome 1

Virginie Despentes, 7,90€, Poche

Honte à moi, je ne commence cette trilogie que maintenant. N’étant pas très fan du roman trash, j’ai eu des gros a priori jusqu’à présent. Et pourtant… Vernon Subutex, ce n’est pas que du trash. Évidemment, il y a des moments plus trashs que d’autres, mais rien de méchant ou choquant. En toute franchise, foncez. C’est un roman incroyablement bien construit où plein de personnages se croisent, se rencontrent, se dessinent avec perfection dans l’imaginaire du lecteur. La société dépeinte dans ce livre est tellement proche de notre réalité, ma réalité tout du moins, cela est troublant et révoltant à la fois. Plus j’arrive dans les dernières pages du premier tome, plus je sens que le second sera lu en une poignée de jours.

« Changer, c’est toujours perdre un bloc de soi. On le sent qui se détache, après un temps d’adaptation. C’est un deuil et un soulagement en même temps. C’est son voyage à elle, qui continuait[..]. Ca fait bizarre de voir Gaëlle chercher la bonne distance pour lire un texto. Geste de vieille. Pour les parasites qu’elles sont, la presbytie est une plaie. Garder son charme en perdant sa fraîcheur est un exercice qu’on voit rarement réussir. Autant les gens aiment se sentir utiles et généreux, autant ils craignent les vieux corps, les visages abîmés et le côté pathétique des splendeurs passées. Elles vont devenir des ruines – quelque chose qui a été sublime et qui n’est plus qu’un tas de pierres. »

Littoral

Wajdi Mouawad, 7,70€, Poche – Actes Sud

Wajdi Mouawad, c’est l’auteur incontournable du théâtre contemporain. Alors oui, bien sûr que je le connaissais… Mais de nom seulement. Jusqu’à ce que je rencontre l’homme et que je me dise que, quand même, il serait temps de m’y mettre. Pourquoi j’ai hésité ? Parce que lire du théâtre, fondamentalement, ce n’est pas tellement ma came. J’adore y aller, j’adore analyser des mises en scène, j’adore ce milieu. Mais lire des pièces… J’ai un blocage, sans doute parce que ces textes sont faits pour être lus, dits, projetés dans des situations et qu’à l’écrit, parfois, ça ne le fait pas. Et bien si vous partagiez cet a priori, vous pouvez l’abandonner et foncer lire Littoral. Avec cette oeuvre, qui ressemble plus à un roman dialogué qu’à une pièce selon moi, c’est la claque assurée. J’ai été complètement aspirée dans la quête poursuivie par le personnage de Wilfrid, dans sa redécouverte de son histoire personnelle. Je ne parlerai même pas de la poésie de la langue, de la beauté incroyable de cette écriture. De même, je n’aborderai pas non plus de tout l’univers qui se dessine dans l’imaginaire du lecteur. Une vraie pépite !

« Je dois faire le dur apprentissage de la vie et pour ça, je dois être seul, sans filet, sans rien, je dois marcher dans le vide à mon tour, sans fantôme pour me tenir la main, mais avec un esprit dans le coeur. Sois cet esprit, sois cet ange sur ma route, cette étoile à laquelle mon âme sera rattachée. Je n’ai plus besoin de te voir pour continuer à croire en toi. Tu vois, je ne te demande pas de partir, je ne cherche pas non plus à te quitter, au contraire, je veux que tu vives si ancré en moi que nous ne soyons plus en mesure de nous voir. Et plus tard, lorsque je mourrai, tu viendras me chercher sur ton dragon et nous irons slalomer entre les étoiles, en riant d’un grand rire et en tuant les plus poilus de tous les monstres sidéraux. »

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply